• fr
Fermer

Abonnez-vous à notre newsletter

Souscrivez à notre newsletter et ne manquez rien !

Chargement...

Votre inscription a bien été prise en compte !

« Maine, un roman passionnant », d’après Cultur’elle

maine-couv« Sans aucun doute, J. Courtney Sullivan s’affirme avec ce texte comme un écrivain de talent. Dans ce très joli roman de femmes, il règne à la fois un doux parfum de nostalgie et une atmosphère pesante et étouffante. Car il ne fait pas très bon vivre dans la famille Kelleher, le poids oppressant de la religion catholique et de la culpabilité qui est son maître-mot, des conventions sociales dictant à une femme ce qu’elle doit être, de l’alcoolisme, véritable atavisme familial, tout concourt à détruire les individus et à les empêcher d’être eux-mêmes. Même si face aux événements chacune réagit différemment, ce que nous montre l’alternance des chapitres qui se focalisent tour à tour sur chacune d’elle, le fait est bien qu’il existe des schémas récurrents dont il est difficile de se défaire.

On retrouve les thèmes que l’on avait déjà dans Les Débutantes et qui seront sans nul doute au coeur de l’oeuvre de Sullivan, et notamment celui de la place des femmes dans la société et leur épanouissement. Plus particulièrement, la maternité est ici centrale : chacune la vit, l’envisage, la considère de manière totalement différente, soit comme aliénation, soit comme ultime but de leur existence de femme. En cela, chacun des personnage incarne une sorte de chemin à suivre ou non, en tout cas une version possible, mais sans sombrer dans la caricature pour autant. Le personnage le plus complexe est d’ailleurs Alice, la reine-mère, qui a éveillé en moi des sentiments très contrastés : elle m’a souvent mise hors de moi car elle est assez intolérante concernant les choix de vie des autres, notamment en ce qui concerne la religion, mais en même temps elle m’a beaucoup émue, car finalement elle n’a pas eu la vie qui lui convenait, et c’est très triste.

Un roman passionnant »

Retrouvez l’intégralité de la chronique sur :
http://leschroniquesculturelles.com/2013/05/09/maine-de-j-courtney-sullivan/