• fr
Fermer

Abonnez-vous à notre newsletter

Souscrivez à notre newsletter et ne manquez rien !

Chargement...

Votre inscription a bien été prise en compte !

Chronique de Maine de J.Courtney Sullivan par The Coffee Time

maine-couv« J’avais adoré Les Débutantes, j’ai tout autant, mais différemment, aimé celui-ci. J’aime l’écriture de J. Courtney Sullivan, j’aime les histoires à plusieurs voix où les destins se croisent.
Ces quatre personnages nous entraînent à travers l’histoire familiale des Kelleher ; ou comment les drames d’hier se sont noués, rendant les relations si tendues, si difficiles parfois, voire très souvent, trop souvent ; comment le passé résonnent sur le présent. »

« Tout comme dans Les Débutantes, J. Courtney Sullivan nous propose, pour son second roman, une histoire à quatre voix. Des vies qui se déroulent chacune de leur côté, se croisent, dans l’instant présent ou dans les souvenirs.

Il y a d’abord Alice, la doyenne de la tribu, veuve, qui a eu trois enfants avec son défunt époux Daniel : Kathleen, Clare et Patrick. On la retrouve alors qu’elle est dans la maison familiale de vacances, dans le Maine, où tout le monde aimait se réunir.

On découvre ensuite Maggie, petite-fille d’Alice, la fille de Kathleen, qui vit à New-York. Elle écrit.

Puis on rencontre Kathleen, fille aînée d’Alice, dotée d’un caractère mordant (le même que sa mère diraient certains). Elle s’est éloignée de sa famille et est partie s’installer dans une ferme où elle élève des vers, en Californie, à l’autre bout des Etats-Unis, avec son nouveau compagnon Arlo.

Et enfin, on fait la connaissance d’Ann Marie, la belle-fille d’Alice, épouse de Pat. C’est la mère de famille américaine modèle : elle a donné la meilleure éducation à ses enfants, dans la bonne tradition catholique. Mais les enfants ne deviennent pas toujours ce que leurs parents voudraient qu’ils soient…

Ces quatre personnages nous entraînent à travers l’histoire familiale des Kelleher ; ou comment les drames d’hier se sont noués, rendant les relations si tendues, si difficiles parfois, voire très souvent, trop souvent ; comment le passé résonnent sur le présent.

Alice saura-t-elle se pardonner ? Ce passé qui a hanté sa vie et diriger ses choix.

Mais depuis la mort de Daniel, rien n’est plus pareil. Et ce cottage de vacances a perdu son âme… »

Retrouvez l’intégralité de la chronique sur :
http://thecoffeetimesabine.wordpress.com/2013/06/13/maine-j-courtney-sullivan/