• fr
Fermer

Abonnez-vous à notre newsletter

Souscrivez à notre newsletter et ne manquez rien !

Chargement...

Votre inscription a bien été prise en compte !

monsieur-maud
Prix : 18 € ISBN : 978-2-919547-00-5

Monsieur Maud, Maud Molyneux

Sortie, le 28 Avril 2011

Esthète, dandy… si ces épithètes n’étaient pas aujourd’hui galvaudés, ils définiraient parfaitement la vie et l’œuvre de Marc Raynal, qui sous plusieurs noms de plume, (Maud Molyneux, Louella Interim, Dora Forbes), a animé pendant près de dix ans les pages mode et cinéma de Libération aux côtés de Serge Daney, Michel Cressole et Gérard Lefort. La  plume de Maud Molyneux est unique : fantastique écrivain de la mode, sans doute le  meilleur après Proust, c’est également un cinéphile ardent, qui célèbre avec amour, loin des dérives théoriques de la critique, le grand cinéma hollywoodien dans un style au classicisme épuré.

 

Grand critique, Maud Molyneux fut également une personnalité aussi attachante que fascinante : à la fois érudit hors-normes (« quand on ne savait pas, on téléphonait à Maud », témoignent aujourd’hui ses amis), pilier du Paris nocturne des années 70, passionné de mode et d’histoire du costume. Lire Maud Molyneux/Louella Interim aujourd’hui est une véritable redécouverte, celle de l’une des dernières grandes plumes de la presse culturelle.

“Un jour très garçon, barbu, portant jean serré, catogan et chemise imprimée, sosie troublant de John Lennon. Le lendemain en minijupe noire, cuissardes et chignon. Et toujours la Gauloise sans filtre au coin des lèvres. Il parlait de lui au masculin et se faisait appeler au féminin, quelques fois l’inverse. Louella, La Maud, Marc, Dora, comme on voudra. Un être féroce et raffiné qui, à l’instar d’un Brummel, avait fait de sa vie une oeuvre d’art. » (Gérard Lefort, Libération, 18 septembre 2009).

 

Ce livre propose une anthologie de ses articles sur le cinéma (de Bette Davis à Pasolini, de Blade Runner à Douglas Sirk, Louella Interim aborde tous les genres avec un regard unique)  et la mode (Yves Saint-Laurent, Jean-Paul Gaultier, Madame Grès, Chantal Thomas… il les a tous connus et a analysé leur style).

Dans une première partie, le livre évoque le parcours et la personnalité de ce dandy d’un autre siècle en donnant la parole à ceux qui l’ont connu ou qui ont travaillé avec lui. Serge Toubiana, Gérard Lefort, Adeline André, Pascal Thomas dressent un portrait drôle et touchant de leur ami.

Auteur

maud photopr siteweb
Marc Raynal, sous plusieurs noms de plume, (Maud Molyneux, Louella Interim, Dora Forbes), a animé pendant près de dix ans les pages mode et cinéma de Libération aux côtés de Serge Daney, Michel Cressole et Gérard Lefort. La  plume de Maud Molyneux est unique : fantastique écrivain de la mode, sans doute le  meilleur après Proust, c’est également un cinéphile ardent, qui célèbre avec amour, loin des dérives théoriques de la critique, le grand cinéma hollywoodien dans un style au classicisme épuré.

Extrait

Certains parlent de Marc, d’autres de Maud. Ceux qui évoquent plus facilement Louella l’ont généralement rencontrée aux Cahiers du cinéma. Il en va ainsi avec Marc Raynal : le choix du pseudonyme vous date comme un test au carbone 14. Le nom Maud est venu en premier, après Marc et l’état-civil. « Une serveuse d’un restaurant de Saint-Germain l’a baptisée ainsi et c’est resté, » se souvient Hélène Hazéra. Molyneux sera choisi, pour écrire sur la mode dans Libération, en référence à Edward Molyneux, couturier britannique installé à Paris qui a habillé Garbo, Marlène et plusieurs têtes couronnées. Mais un unique pseudonyme serait trop simple, un brin... Lire la suite

La presse en parle

Certains parlent de Marc, d’autres de Maud. Ceux qui évoquent plus facilement Louella l’ont généralement rencontrée aux Cahiers du cinéma. Il en va ainsi avec Marc Raynal : le choix du pseudonyme vous date comme un test au carbone 14. Le nom Maud est venu en premier, après Marc et l’état-civil. « Une serveuse d’un restaurant de Saint-Germain l’a baptisée ainsi et c’est resté, » se souvient Hélène Hazéra. Molyneux sera choisi, pour écrire sur la mode dans Libération, en référence à Edward Molyneux, couturier britannique installé à Paris qui a habillé Garbo, Marlène et plusieurs têtes couronnées. Mais un unique pseudonyme serait trop simple, un brin convenu, pour Marc-Maud. Dans la rubrique Cinéma du quotidien ainsi qu’aux Cahiers, il signe Louella Interim. Un hommage à Louella Parsons, la commère d’Hollywood, teinté de réalisme : Louella pensait assurer uniquement l’interim de Michel Cressole pour le programme télé. Et alors qu’on croyait être présenté à tous et toutes, Dora Forbes se fait annoncer pour parler littérature et poésie. Là encore, le pseudonyme est codé et vient de la nouvelle d’Henry James, The death of a lion. Selon l’identité et le témoin, le pronom varie et les adjectifs s’accordent différemment. Mais, si la grammaire est parfois floue, ce n’est pas le cas des souvenirs. On n’oublie pas Marc, Maud, Louella ou Dora.