• fr
Fermer

Abonnez-vous à notre newsletter

Souscrivez à notre newsletter et ne manquez rien !

Chargement...

Votre inscription a bien été prise en compte !

le-metro-bertrand-guillot
Prix : 12 € ISBN : 978-2-9533538-7-7

Le métro est un sport collectif, Bertrand Guillot

Sortie, le 26 janvier 2012

Le métro, sa grisaille, ses retards, sa déprime… Les clichés ont la peau dure. Mais il est parfois possible de leur tanner le cuir et de voir au travers. Pour Bertrand Guillot, le métro est avant tout une scène sur laquelle nous défilons tous à tour de rôle (et le prix de la place défie toute concurrence). La comédie n’est pas exclue, la romance non plus, le drame pointe parfois… Bref, aujourd’hui, le romanesque est dans le métro, bien plus que dans les séries ou la télé-réalité.

C’est aussi l’un des derniers lieux du « lien social », où les frontières et les séparations si solides en surface s’évanouissent subitement sur les quais. Tout est permis. Dans le métro, il n’y a plus de première classe depuis longtemps. Dans la vie « à l’air libre », c’est un peu différent… Paradoxalement, on étouffe là-haut.

 

Le métro est un sport collectif est le fruit d’une année d’observation, de reportage, de chroniques. Bertrand Guillot traduit, avec justesse et humour, l’ambiance des stations. Son sens du portrait – particulièrement du portrait féminin –, sa science du détail juste font merveille dans ce recueil où la délicatesse du trait n’atténue en rien le réalisme des personnages et des situations.

Image 1

Acheter le livre sur

amazon finifnac finichapitre finidecitre finilalibrairie fini

Un livre tout à fait charmant, une vraie déclaration d'amour au métro, aux rencontres qu'on y fait et au temps qui passe. — David Abiker, Europe 1

Auteur

4-30118-G15221
Bertrand Guillot est l'auteur de quatre ouvrages : le roman Hors-jeu (Le dilettante),  B.a, ba (Editions rue fromentin), son livre-reportage sur l’illettrisme et Le métro est un sport collectif (Editions rue fromentin), recueil de chroniques consacrées au métro parisien. Avec Sous les couvertures, il s'attaque au conte pour en faire roman iconoclaste, une merveille d'originalité.

Extrait

Ligne 4, Gare du Nord, 14 h 35.
Les portes de la rame se sont refermées, le train ne repart pas.
Crachotement dans le haut-parleur, la voix du conducteur depuis sa cabine.
- Eh, vous arrêtez de bloquer les portes, là, dans la rame du fond ? Vous n’avez pas acheté le train !
J’ai connu plus fin.
L’arrêt se prolonge.
- Bon l’abruti, tu la lâches, cette porte ?
Maintenant c’est sûr, l’abruti ne risque pas de lâcher l’affaire. Question d’honneur. J'ai appris ça en psycho au CE1, mais les programmes ont peut-être changé dans la cour d'école.

La presse en parle

  • Un livre tout à fait charmant, une vraie déclaration d'amour au métro, aux rencontres qu'on y fait et au temps qui passe. — David Abiker, Europe 1
  • Quand il prend le métro, Bertrand Guillot s’intéresse plus à ses semblables qu’à la lecture du gratuit. Résultat : une collection de polaroids touchants, insolites, désopilants ou effrayants, c’est selon. À croquer entre deux stations ou ailleurs, avec un égal plaisir. — Yves Martin, librairie Les Buveurs d'encre
Ligne 4, Gare du Nord, 14 h 35.
Les portes de la rame se sont refermées, le train ne repart pas.
Crachotement dans le haut-parleur, la voix du conducteur depuis sa cabine.
- Eh, vous arrêtez de bloquer les portes, là, dans la rame du fond ? Vous n’avez pas acheté le train !
J’ai connu plus fin.
L’arrêt se prolonge.
- Bon l’abruti, tu la lâches, cette porte ?
Maintenant c’est sûr, l’abruti ne risque pas de lâcher l’affaire. Question d’honneur. J'ai appris ça en psycho au CE1, mais les programmes ont peut-être changé dans la cour d'école.